#7 Octobre rouge baiser : Tu seras une femme ma fille


A mes sœurs Iraniennes et Afghanes,

A toutes celles aussi qui sont mortes sous les coups d’un amour vache et en toute impunité, faute d’avoir pu s’enfuir à temps, car notre Droit protège mieux les chiens que les épousées,

A toutes les femmes qui se battent pour leur liberté, car non ce n’est jamais un droit acquis et il faut savoir le défendre chaque jour,

A toutes celles qui ont tellement souffert de vouloir à tout prix rentrer dans le moule en sacrifiant leur talent, leur intelligence ou leur temps, sur l’autel des arts ménagers et du succès domestique,

A Rudyard Kipling dont le poème « Tu seras un homme mon fils » a inspiré ces quelques lignes,

A Yanou qui l’avait affiché dans ses chiottes…

Comme quoi derrière chaque femme libérée, il y a toujours plusieurs mecs.


Tu seras une femme ma fille,

Une femme affranchie des diktats, idéologies et autres conventions normatives de soumission liée à ton sexe. Car une civilisation qui se prive des connaissances et de l’ingéniosité de la moitié de sa population est une société sous-développée ou même pire, en voie d’extinction.

Une femme libre de ne pas être dans un rapport de séduction systématique vis-à-vis de l’autre sexe, mais dans un rapport d’égalité. Car le masculin n’est pas condamné à être l’incarnation du système patriarcal, et de ses valeurs suicidaires pour la planète. Certains de ses fils ont d’ores et déjà renié cet héritage mortifère pour aider les nouvelles générations à concevoir un autre avenir et faire naître une nouvelle organisation de société. Ces hommes-là seront tes meilleurs alliés.

Tu seras une femme ma fille,

Une femme décomplexée vis-à-vis des injonctions à procréer et des obligations uniquement liées à ta condition féminine de materner ton prochain.

Une femme qui envisage l’autre femme comme sa sœur et non, comme une rivale.

Une femme libre d’aimer qui elle veut.

Une femme qui désire sans attendre passivement d’être désirée car bien entendu, tu n’as pas été faite pour satisfaire le bon plaisir masculin. Tu découvriras sans doute les joies de la masturbation qui aura le mérite de te ravir de secousses orgasmiques, sans jamais briser ton petit cœur fragile et délicat.

Tu seras une femme ma fille,

Une femme libérée du regard de l’autre et qui révèlera toute sa puissance dans une insoutenable légèreté d’être tout simplement elle-même.

Une femme qui offre son amour propre à celui qui veut bien l’accueillir, dans le respect dû à sa simple appartenance au genre humain.

Tu seras une femme ma fille,

Une femme vénérable et avertie qui vivra pleinement son grand âge pour faire rayonner ses savoirs et transmettre son expérience de sorcière bien-aimée.

Car si Dieu a fait l’homme à son image selon certains textes anciens, et qu’il créa aussi la femme selon Vadim (mais pas selon les Talibans pour qui Maman et soeurette sont plutôt à cacher sous des double rideaux, car elles ressemblent trop aux suppôts de Satan) il ne fait aucun doute (et cette certitude mérite d’être gravée noir sur blanc) qu’il est préférable pour nous, les femmes de choisir auquel de nos seins se vouer.

Tu seras une femme ma fille,

Une femme libre de vivre sa vie comme elle l’entend et de suivre le chemin qu’elle tracera toute seule comme une grande sans suivre celui de ses parents, ni même celui de sa mère.

Alors oui, ma fille, tu seras une femme en étant toujours ma fille.



Paris, le 17 octobre 2022





Posts à l'affiche
Posts Récents