cinéclubphoto.png

Ma sélection de pépites vintage, entre films coups de coeur et série culte...

Des univers, et des cinéastes qui m'ont impressionnée et fortement inspirée.

Alors que diriez-vous d'une séance ciné club ce soir?

photo breakfast club.PNG

BREAKFAST CLUB

 De John Hughes (1985)

5 étudiants qui n'ont absolument rien en commun se retrouvent coincés en colle un samedi après-midi.

Le film de mes 15 ans. Iconique pour toute une génération. On y parle des bandes de jeunes, de rébellion et des premiers amours de jeunesse.

Pour la première fois, la question existentielle qui me tarabusquait depuis l'enfance était abordée sur grand écran : Qui pensez-vous être?

Avec cerise sur le gâteau la musique "Don't you" des Simple Minds.

photo_douze_hommes_encolère.PNG

12 HOMMES EN COLERE

De Sidney Lumet (1957)

Un jury de 12 hommes doit statuer à l'unanimité sur le sort d'un jeune homme accusé de parricide.

Dans l'ancien temps, j'ai fait mon droit... Alors j'aime les procès d'assise. Le film aborde les questions du doute, des préjugés, des raisons que peuvent avoir chaque juré pour envoyer l'accusé à la chaise électrique. Une description assez juste de la nature humaine avec une forte tension dramatique. Il est aussi question de l'art de l'éloquence pour réussir à convaincre... Mais pas que.

Le doute, comme intime conviction suffira-t-il à inverser un procès qui semble plié d'avance?

Photo angelheart.PNG

ANGEL HEART

D' Alan Parker (1987)

Dans l'ancien temps, j'ai fait mon droit...Alors j'aime les enquêtes et les meurtres.

Harry Angel est un détective privé embauché par un certain Louis Cyphre avec pour mission de retrouver un chanteur nommé Johnny Favorite.

C'est un polar fantastique qui vous emmène doucement mais sûrement aux frontières de l'étrange et vous instigue au fur et à mesure un léger malaise face aux failles et aux parts d'ombres des personnages.

A l'époque je venais pour Mickey Rourke, (parce qu'il est trop beau) alors au sommet de sa gloire, après 9 semaines et demi, et je me suis retrouvée scotchée par cette histoire sulfureuse au goût de venin.

Quelquefois le désir vous conduit tout droit aux portes de l'enfer.

psychose.PNG

PSYCHOSE

D'Alfred Hitchcock (1960 )

Ce scénario c'est l'art du récit par excellence.

Une pépite du suspense et de l'horreur, 2 histoires pour le prix d'une place de cinéma et la surprise totale à la fin.

Monsieur Alfred, vous êtes mon maître. Je vénère tout au temps Agatha Christie votre alter ego selon moi en littérature.

Je ne dirai rien en résumé sur ce film, car c'est un grand classique, et si vous ne le connaissez pas encore, je vous laisse alors le plaisir de la totale découverte.

Souvent, la terreur vous laisse sans voix.

chapomelon.PNG

CHAPEAU MELON

ET

BOTTES DE CUIR

De Brian Clemens entre autres  (1964-1967)

 

Reine incontestée du phénomène des séries cultes.

Ma préférence va aux saisons 4 et 5 qui mettent en scène John Steed et Emma Peel, 2 agents secrets farfelus aux aventures délirantes.

Meurtres étranges et inexplicables, champagne et mini jupe, humour british et érotisme. Un cocktail décalé qui fait mouche à tous les coups.

Voici ma sélection des épisodes "must have seen" car véritables chef d'oeuvre à savourer comme du petit lait.

- Faites de beaux rêves

- Du miel pour le prince

- Le vengeur volant

- L'héritage diabolique

- Le dernier des 7 (une parodie des 10 petits nègres)

lenom de la rose.PNG

LE NOM DE LA ROSE

De Jean Jacques Annaud (1986)

Un franciscain aidé d'une jeune novice mènent l'enquête dans une abbaye bénédictine où plusieurs moine sont décédés dans d'étranges conditions. C'est l'époque du tout Inquisition, des femmes déclarées sorcières vite fait mal fait et brûlées vives sur le champs, et des signes du malin à tout les coins de chemins bouseux.

Le film célèbre le rire subversif qui fragilise le pouvoir, anéantit la crainte de Dieu, remet en cause les hiérarchies et tue le respect.

C'est un polar médiéval dont l'intrigue évoque les 10 petits nègres  (Encore !)

Oui je sais quand j'aime je deviens vite obsédée.

A voir et à revoir donc.

chicago.PNG

CHICAGO

De Rob Marshall (2002)

Dans les années 20 à Chicago, Roxie Hart une jeune femme qui rêve de monter sur scène à l'Onyx Club est accusée du meurtre de son amant.

C'est un décor cinématographique et une époque souvent traités par le 7ème art car teintés de glamour, de prohibition et de fureur de vivre à tous les étages. A l'origine, il s'agissait d'un show à Broadway. On n'y vient pas tant pour l'histoire mais plutôt pour l'esprit pastiche et hommage aux plus grandes figures du Music Hall. Un genre passé de mode mais tellement légendaire.

All that jazz... Et mes genoux s'entrechoquent inévitablement pour chauffer le dance floor.